line2
image banniere

Les Réfugié⋅e⋅s et Déplacé⋅e⋅s

Le nombre croissant de réfugiés, demandeurs d’asile et migrants pose l’épineuse question de leur prise en charge psychologique. En effet, lorsqu’on parle de réfugiés et de leurs besoins, l’on pense généralement à un abri, à de la nourriture, de l’eau ou encore au besoin de protection. Comme dans beaucoup de domaines, la santé mentale n’est pas souvent prise en compte. Et pourtant, ces groupes sont exposés à des facteurs de risque de troubles mentaux avant, pendant et après la migration.

Ce qu’il faut savoir

Les réfugiés et demandeurs d’asile présentent des taux plus élevés de troubles de stress post-traumatique. Des conditions socio-économiques difficiles sont aussi associées à une augmentation des taux de dépression 5 ans après leur réinstallation.
EN SAVOIR PLUS

Qui est-ce que cela concerne ?

Selon l’OMS, une personne sur trois vivra une expérience de trouble de la santé psychique dans sa vie. Ces chiffres témoignent d’un fait : aujourd’hui, la santé mentale est une affaire de tou⋅te⋅s.

Les enfants (0 à 12 ans)

Les enfants
(0 à 12 ans)

Les adolescent⋅e⋅s et jeunes adultes (12 à 25 ans)

Les adolescent⋅e⋅s et jeunes adultes
(12 à 25 ans)

Les femmes

Les femmes

Les hommes

Les hommes

Les personnes âgées

Les personnes âgées

Les femmes enceintes

Les femmes enceintes

Les personnes LGBT

Les personnes LGBT

Les réfugiés et déplacé⋅e⋅s

Les réfugiés et déplacé⋅e⋅s

Les jeunes parents

Les jeunes parents

Votre impact

Rejoignez le mouvement pour mettre fin à la stigmatisation de la santé mentale et rendre les soins accessibles à tous en Afrique.

Faites le premier pas aujourd'hui


Nous suivre

Pour recevoir et partager nos actualités sur les réseaux.

Newsletter

Recevoir l'actualité de Bluemind Foundation :

Recevoir les articles de Bluemind@work :

Veuillez saisir un mot